Les seins de ma mère

Categories enfants

Votre enfant a des gestes trop intimes. Il vous embrasse sur la bouche, touche votre poitrine…

Alfred a 4 ans et son grand amour, c’est sa «môman»! Il lui réclame des bisous sur la bouche et s’amuse à tâter ses seins pour faire «pouet pouet!» Contrairement à lui, ses parents ne trouvent évidemment pas ça très rigolo. Madame est gênée et Monsieur un poil agacé. Ils aimeraient bien savoir pourquoi Fredo joue les Roméo auprès de sa Juliette de mère…

Ce galopin, comme tous les filles et garçons âgés de 3 à 6 ans, traverse ce que les psychanalystes appellent communément la période œdipienne. Naturel donc qu’il voue une passion exclusive à son parent du sexe opposé, qu’il recherche auprès de lui câlins et tendresse, et qu’il rêve secrètement de prendre la place de son rival, à savoir le parent du même sexe que lui. Ouf, le comportement d’Alfred n’a donc rien de bizarre, ni d’anormal!

Reste que sa mère, même s’il arrive qu’elle prenne plaisir aux papouilles de son fiston, qu’elle soit flattée par ses caressantes attentions, ferait bien – avec l’aide de son homme – de freiner les désirs inconscients de son rejeton. Pourquoi? Pour ne pas entretenir la confusion de ses sentiments, pour ne pas qu’il croie qu’une relation (incestueuse!) est possible entre lui et sa génitrice. «Ne pas le laisser faire, mettre des limites, c’est le rassurer, l’aider à grandir» .

father-1633655__340.jpg

Que faire?

Quelles stratégies adopter alors pour que Fred cesse enfin son jeu de séduction? «Il faut mettre des mots sur ce qui se passe, répond sans hésiter notre interlocutrice. Ses parents peuvent, par exemple, lui dire: «C’est normal que tu te sentes attiré par maman – parce qu’elle t’aime et qu’elle est jolie -, mais tu ne peux pas l’épouser, car elle est déjà prise et qu’elle est une adulte.» Snif! Alfred renifle et commence à pleurer. Il est triste.

Vite, il faut le rassurer, lui glisser au creux de l’oreille une phrase consolatrice du genre: «Tu es notre enfant et nous continuons de t’aimer, comme des parents et non comme un mari ou une femme.»Et ne pas oublier d’ajouter: «Plus tard, quand tu seras grand, tu trouveras toi aussi quelqu’un avec qui te marier.» Le petiot retrouve le sourire.

Enfin, son père et sa mère éviteront de le punir ou de le culpabiliser. Sinon, Alfred risquerait fort de penser que la sexualité – beau ratage! – est quelque chose de sale, de dérangeant, de dégoûtant. Et s’il insiste! «Il s’agit, dans ce cas-là, d’être fermes, clairs, et de ne pas hésiter à répéter les règles chaque fois que cela s’avère nécessaire» .

No Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

twelve − 3 =